Numérisation des bibliothèques: réactions

Mon dernier billet Bibliothèques: un état de la numérisation à propos d’une étude d’Europeana [1] a attiré l’attention d’un collègue de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, Théophile Naito [2]. Avec sa permission, il m’a paru intéressant de réagir ici-même. Voici donc notre échange.

Les responsables expliquent alors que la numérisation est une entreprise de longue haleine, coûteuse, qui se fait en réseau avec d’autres institutions dont la mission est comparable et qu’il est à peu près certain que tout ne sera pas numérisé.

TN: Cela dépend aussi de ce que l’on entend par “tout”. Tous les exemplaires? Un exemplaire de chaque publication? Un exemplaire de chaque œuvre?

AR: De même qu’il y a des exemplaires d’un même livre à différents endroits afin que les utilisateurs puissent les atteindre aisément, le même livre peut être numérisé dans différentes bibliothèques numériques. Toutefois, dans la mesure où le libre accès est la règle, l’intérêt pour une bibliothèque A de numériser un livre déjà traité par la bibliothèque B est limité.


Valorisation de la numérisation à la Bibliothèque de Genève. L’Odyssée, du mythe à la photographie. Victor Bérard et Fred Boissonnas sur les traces d’Ulysse. https://www.unige.ch/sciences-societe/geo/ulysse/fr

Elle ne se justifie que si l’exemplaire a des particularités intéressantes: annotations manuscrites, reliure, ex-libris… La mauvais qualité ou l’accessibilité insuffisante de certaines anciennes numérisation peuvent également la justifier.

TN: Oui, mais vérifier qu’un document a déjà été numérisé ailleurs peut être compliqué!

AR: Il existe des sites qui facilitent cette vérification, comme le Karlsruher Virtueller Katalog (KVK) qui effectue une recherche fédérée dans de nombreuses bibliothèques numériques dont les plus importantes (Gallica, Europeana, Google Livres, Internet Archives, e-rara.ch). Ce qui vaut pour les exemplaires vaut a fortiori pour les œuvres: le contenu de différentes éditions d’une même œuvre sont rarement totalement identiques: préface, introduction, notes, ou encore illustrations. Là aussi ces variantes peuvent justifier plusieurs numérisations.Sauf erreur, ces distinctions ne sont pas prises en compte dans l’étude d’Europeana. Le formulaire fait mention de “digital object” et il semble que c’est aux institutions de donner à ce “digital object” la définition qui leur convient, laquelle peut tenir compte des remarques ci-dessus.

TN: De mon côté, je suis plutôt optimiste: si on regarde les documents publiés, je pense que les documents qui suscitent un intérêt sont déjà numérisés ou le seront assez rapidement, avec la grosse réserve lié au droit d’auteur.En résumé, je fais l’hypothèse que chaque document publié qui est dans le domaine public et qui suscite un ‘intérêt est déjà numérisé et disponible en ligne ou le sera assez rapidement (c’est une question d’années, ou peut-être un peu plus), au moins dans l’environnement suisse. Ceci dit, cela laisse du travail, d’autant plus que le domaine public s’élargit chaque année.

AR: Optimisme partagé! Le livre a ceci d’intéressant que différents acteurs peuvent vouloir sa numérisation: d’abord plusieurs bibliothèques peuvent souhaiter la mise en ligne d’un même document détenu dans sa collection. Mais il y a aussi les éditeurs – je pense notamment aux sociétés savantes – et des acteurs commerciaux qui vendent des abonnements numériques aux bibliothèques académiques. Ou encore des opérateurs mégalomaniaques, tel Google.

…58% des contenus numérisés sont accessibles en ligne

TN: Ce chiffre est bien intéressant, parce qu’il suggère que l’effort devrait petit à petit se déplacer de la numérisation vers la mise en ligne. Et l’étape suivante/parallèle serait de créer les fonctionnalités nécessaires pour exploiter au mieux les ressources en ligne (par exemple, certaines requêtes légitimes sur la presse numérisée sont impossibles dans la plupart des bibliothèques numériques).

AR: Je suis d’accord. On voit bien qu’il y a deux défis à surmonter. D’abord la numérisation des contenus et celui de la mise en ligne adaptée à la typologie des contenus et aux besoins des utilisateurs. Et ces besoins évoluent souvent plus vite que les outils.

…ou dont les droits sont détenus par l’institution (30%)

TN: Ce chiffre m’étonne un peu.

AR: Je comprends ta réaction. Je pense que ce chiffre recouvre deux situations: d’abord une bibliothèque acquiert une collection avec des droits d’exploitation, comme cela est souvent le cas pour les collections spéciales (documents d’archives ou iconographiques, par exemple). Ensuite, la bibliothèque a pu obtenir des autorisations auprès des ayants-droit pour diffuser des œuvres numérisés qui n’ont plus de potentiel économique. Il est finalement compréhensible que la numérisation porte avant tout sur des contenus que l’on pourra diffuser en ligne, soit parce qu’ils sont dans le domaine public, soit parce que l’institution dispose des droits.

Ce qui est certain, c’est que la numérisation va continuer à structurer pendant longtemps les activités de ces institutions…

TN: Je suis d’accord.

AR: Mais tout dépend des priorités des organisations. Une bibliothèque pourrait décider qu’elle ne poursuit plus la numérisation, afin de se consacrer à d’autres projets, même si elle n’a pas achevé ce travail.

… et les usagers devront continuer à consulter les supports matériels.

TN: Je suis peut-être un peu moins d’accord, surtout pour les titres dans le domaine public. Les usagers ne trouveront peut-être pas ce qu’ils cherchent sous forme numérique dans leur bibliothèque. Mais en cherchant un peu, ils trouveront probablement ce document numérique auprès d’une autre bibliothèque ou dans une méga-bibliothèque numérique du type “Google” ou “Internet archive”. Ou dans une librairie numérique (contre payement dans ce cas).

Mais je suis d’accord avec toi pour le cas des documents protégés par le droit (et c’est vrai, ça en fait beaucoup). Pour ces situations, il est encore difficile de se passer du papier, surtout si l’usager ne souhaite pas payer.

AR: Oui, les motivations d’usage du papier deviennent diverses: usage contraint, car il n’y a pas d’alternative ou qu’elle est trop coûteuse, usage délibéré par choix, ou encore usage de niche, spécialisé.

Les responsables politiques demandent aussi qu’elle profite au grand public, alors que son intérêt n’est pas toujours évident.

TN: Il me semble c’est une vraie question: est-ce que la mobilisation de moyens relativement importants se justifie alors que seul un petit nombre d’usagers en profite?

AR: Par le passé, un musée pouvait concevoir une exposition visitée par une poignée de visiteurs. Aujourd’hui cela ne semble plus défendable. Faut-il pour autant s’interdire de numériser des fleurons du patrimoine sous prétexte qu’ils ne sont pas “vendables” au plus grand nombre? Je trouve qu’on ne devrait pas avoir à opposer ces publics…

TN: Oui, mais en pratique les budgets ne sont pas illimités et il faut bien faire des arbitrages.


[1] Europeana DSI 2 – Access to Digital Resources of European Heritage. D4.4. Report on ENUMERATE Core Survey 4, Europeana Foundation, 31.08.2017. https://pro.europeana.eu/files/Europeana_Professional/Projects/Project_list/Europeana_DSI-2/Deliverables/d4.4-report-on-enumerate-core-survey-4.pdf

[2] Théophile Naito est l’auteur de “Choisir un format d’images numériques dans le cadre de la numérisation patrimoniale”, in: Gilbert Coutaz (éd.), Informationswissenschaft: Theorie, Methode und Praxis : Arbeiten aus dem Master of Advanced Studies in Archival, Library and Information Science, 2010 – 2012 = Sciences de l’information: théorie, méthode et pratique, Baden, hier + jetzt, 2014, p. 47‑74.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×
×

Panier