De la valeur de l’écrit

Un reportage passionnant du Monde publié le 4 août a révélé la découverte de manuscrits de Louis-Ferdinand Céline. Au-delà des épisodes rocambolesques qui sont relatés, cet article nous intéresse car il illustre bien les facteurs qui procurent de la valeur à un écrit.

Les facteurs essentiels sont le fait d’être inédit et d’être original. En revanche la nature du support importe peu. Quant à la renommée de l’auteur, elle agit comme un amplificateur de cette valeur: un auteur inconnu attirera évidemment moins d’intérêt.

Caractère inédit et originalité

Les manuscrits de Céline sont inédits: aucune divulgation de leur contenu n’a déjà été faite. Leur dernier dépositaire – avant qu’ils ne soient remis aux ayants droit de Céline cet été – les a lus, triés, recopiés sur traitement de texte, mais ne les jamais montrés. Certains documents sont des états intermédiaires de livres qui ont été publiés, comme le manuscrit de Mort à crédit. Mais ce manuscrit était parfaitement inconnu, et représente donc un vif intérêt pour les spécialistes qui pourront étudier la genèse et les circonstances de création de cette œuvre.

Le second caractère est l’originalité du texte, au sens où le précise la législation sur le droit d’auteur: le fait d’être l’expression de la pensée propre d’une personne[1]. Des manuscrits constitués de livres de compte ou autres écrits de nature utilitaire, même de la main de Céline, seraient une déception. De tels documents pourraient conserver un intérêt par exemple pour mieux connaître la vie de l’auteur au quotidien, ou de façon générale la société française à l’époque, mais n’apporterait rien sur le plan de ses idées.

Le caractère inédit et l’originalité des manuscrits découverts forment donc pour l’essentiel la valeur de la découverte. Tout d’un coup, le corpus célinien s’enrichit d’un apport considérable qui va nourrir durant de nombreuses années la curiosité des spécialistes. L’ajout est tel qu’il faudra reprendre en profondeur les Œuvres complètes dans la Pléiade. On a notamment retrouvé le manuscrit d’un roman que l’on croyait perdu: Casse pipe.

L’indifférence du support

En revanche, la nature du support ne suffit pas en elle-même à conférer à l’écrit sa valeur. Ce fait est peut-être moins intuitif à saisir, car le marché des autographes est florissant. Un expert interrogé par Le Monde révélait que la valeur de ces papiers se chiffrait à plusieurs millions d’euros. Mais il faut clairement dissocier la valeur marchande de la valeur intellectuelle.

Pour le spécialiste de Céline, ce n’est pas tant le support qui importe que ce que l’auteur dit. Admettons que le dernier dépositaire ait décidé de détruire physiquement ces manuscrits après les avoir retranscrits ou les avoir scannés. L’accès à cette transcription ou à ces reproductions suffiraient à combler les spécialistes. C’est d’ailleurs la pratique habituelle dans les bibliothèques patrimoniales ou les services d’archives: les chercheurs travaillent sur des reproductions numériques envoyées par email ou disponibles sur le Web, dans la mesure où elles permettent de prendre connaissance de la pensée de l’auteur. Nul besoin pour cela d’accéder au document original.

Au-delà des spécialistes, le peu d’importance du support est très bien représentée par les boîtes d’échange de livres qui fleurissent dans nos villes. Ce dispositif fait circuler les textes dans un cadre non marchand, en favorisant la mise en contact des livres avec les habitants. Les livres sont déposés dans des caissettes à tous vents, ils peuvent très bien disparaître ou être détruits. Cette perte n’a pas de grave conséquence, tout au plus privera-t-elle la rencontre d’un lecteur ou d’une lectrice avec une œuvre. En aucun cas elle ne met l’œuvre en danger de disparition. Car contrairement aux manuscrits de Céline, il n’est pas question de textes inédits, mais de textes publiés à de nombreux exemplaires, conservés notamment dans les bibliothèques ou encore reproduits sur Internet.

Boîte d'échange de livres
Boîte d’échange de livres dans un quartier de Genève

 

Qu’en conclure ?

La valeur intellectuelle des écrits révélés tient à leur caractère inédit, qui leur confère un intérêt inestimable. On frémit à la pensée des multiples dangers qu’ont couru ces textes, et qui auraient pu empêcher à jamais de les faire connaître, avant qu’ils n’aboutissent en lieu sûr [2]… Cependant, une fois édités, leur contenu intellectuel sera préservé et disponible, même si le manuscrit original venait à disparaître. Une fois le manuscrit publié et connu, sa valeur intellectuelle n’est pas plus importante aux yeux du spécialiste que sa reproduction ou sa transcription. S’il garde une valeur marchande, c’est pour une autre raison: la notoriété de l’auteur attire les collectionneurs, qui convoitent le manuscrit comme un témoignage ou une relique.

 

[1]  La Loi sur le droit d’auteur suisse définit l’œuvre ainsi (art. 2, al. 1): “Par œuvre, quelles qu’en soient la valeur ou la destination, on entend toute création de l’esprit, littéraire ou artistique, qui a un caractère individuel.” https://www.fedlex.admin.ch/eli/cc/1993/1798_1798_1798/fr

[2] Le manuscrit de Mort à crédit  devrait rejoindre les collections de la Bibliothèque nationale de France.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.