Claude PRESSET

TERRES DE RENCONTRES
> Chemins de terre
> Journal de voyage au Japon 1960-1961

Avec une introduction d’Isabelle Naef
Propos recueillis et édition: Suzanne Rivier

  • Edition numérique (pdf)
    > isbn 978-2-940587-10-0
    disponible dans certaines librairies en ligne, notamment:
    7switch
    Google Play



CHEMINS DE TERRE reprend, très peu réécrits, les propos de Claude Presset tenus lors d’entretiens en 2017 et 2018, des extraits de L’ Argile, son mémoire de diplôme de l’Ecole supérieure des arts visuels de Genève rédigé en 1989, ainsi que des notes manuscrites préliminaires à une conférence de 1984. La liste des objets donnés ou collectés pour le Musée d’ethnographie de Genève à l’occasion de ses voyages complète ces récits.

Le JOURNAL DE VOYAGE AU JAPON (1960-1961) est un texte inédit, écrit au jour le jour puis envoyé régulièrement à ses proches. Claude Presset a alors vingt-six ans et est mariée depuis quelques années avec le sculpteur Henri Presset [1928-2013]. Elle effectue ce voyage, longtemps rêvé, en compagnie de la jeune céramiste suédoise Christine Biuw, pour étudier la céramique japonaise. Leur approche concrète du travail céramique au Japon tel qu’elles ont eu le privilège de l’aborder auprès des plus grands maîtres est encore très rare à l’époque. Claude Presset est d’ailleurs la première Suissesse à bénéficier de cet enseignement. Cette expérience exceptionnelle se double d’une vision intimiste de la vie quotidienne chez leurs hôtes, et de multiples rencontres qu’elle donne à voir avec candeur et affection.

Hélène MALLET

Lettres de mon voyage en Orient | 1891
Egypte | Syrie | Turquie

Introduction, commentaires, iconographie
Yolande VERNES-CROWE

Version numérique du volume paru aux
Editions La Borie, Londres, 2010

> isbn 978-2-9700838-9-4

Libre au téléchargement (pdf)

Eugène RAMBERT

Les plantes alpines

Suivi d’un tableau des plantes citées

Edition seulement numérique
epub
> isbn 978-2-9700838-2-5

Libre au téléchargement (epub)

[…] Pendant ces jours nébuleux, au plus fort d’un hiver dont la rigueur est exceptionnelle, cette brillante flore des Alpes m’a poursuivi de son image; c’était comme une idée fixe, comme un de ces refrains qui durant des jours et des semaines, se chantent d’eux-mêmes dans la mémoire, et qu’on fredonne sans y songer. Au lieu de s’envoler comme tant d’autres, ce rêve tout composé de souvenirs est devenu de plus en plus clair et vivant; si bien que j’ai essayé de le saisir et de le fixer.[…]